Covid-19 et main d’œuvre étrangère : des articles avec Frédéric Décosse

Frédéric Décosse, sociologue au LEST, revient sur l'épineuse question de l'actuelle pénurie de main-d’œuvre en agriculture au travers d'articles parus sur  sur franceculture.fr, Agra Presse, Medium et Un job sinon quoi ? ; le LEST met ces articles à votre disposition :

 

Agra Presse
Saisonniers étrangers : méconnus et cruciaux

Un mois depuis le début du confinement lié à l’épidémie de Covid-19, et jamais l’agriculture française n’aura été si préoccupée par le manque de main-d’oeuvre étrangère qui pourrait faire cruellement défaut dans les mois à venir, notamment en production maraîchère et en arboriculture. Le recours aux saisonniers agricoles étrangers est une vieille histoire. Le plus ancien système est celui des contrats saisonniers OFII qui permet aujourd’hui recruter plus de 8 000 saisonniers originaires du Maroc et de Tunisie, souvent les mêmes chaque année, pour des contrats de quatre à six mois, à tout moment de l’année. Particulièrement présents dans les Bouchesdu- Rhône, le Vaucluse et la Haute-Corse, leur présence est concurrencée depuis les années 2000 par l’arrivée d’un autre type de saisonniers : les travailleurs détachés. D’abord originaires d’Amérique du sud, suite à la crise espagnole en 2008, ils viennent de plus en plus souvent d’Europe de l’Est depuis quelques années. Certains d’ailleurs finissent par s’implanter en France, et se font embaucher en direct. Premier tour d’horizon de leurs parcours et de leur travail.

Sur la fresque murale qui orne l’hémicycle de l’Assemblée nationale d’Équateur se dresse un poing levé dans des tons noirs, ocre et doré comme les blés. Le poing fier des indios et campesinos (indigènes et paysans), deux peuples qui ne forment qu’un : celui des opprimés séculaires du continent latino-américain aspirant à améliorer leur condition. Signée du célèbre peintre équatorien Oswaldo Guayasamín, l’oeuvre monumentale a été accrochée au mur du palais législatif en 1988. Trente ans plus tard, c’est dans les champs du sud de la France qu’on retrouve ces indios et campesinos. Toujours en recherche d’une vie meilleure ou à défaut, d’un moyen pour améliorer celle de leurs proches restés au pays. « La plupart sont jeunes, ils travaillent en France un ou deux ans et envoient une partie de leur salaire pour faire vivre leur famille là-bas », raconte le président du groupe Rougeline (fruits et légumes) Bruno Vila. « Forcément pour eux la situation est meilleure que de travailler en Espagne, le salaire et les conditions sociales sont bien meilleurs en France. »

24 % des salariés précaires sont étrangers

« Comparativement à l’Espagne et à l’Italie, la présence d’immigrés dans le secteur agricole français est assez faible : en 2017 on était autour de 3,8 % », affirme Yasmine Seghirate, coordinatrice du rapport Mediterra 2018 sur les migrations et le développement rural en Méditerranée (voir encadré). Pour autant, les salariés agricoles étrangers sont bel et bien au rendez-vous chaque année pour assurer les travaux des champs. Leur proportion a même progressé de 17 à 24 % entre 2002 et 2016 (hors salariés en CDI) selon une étude du Centre d’études et de prospective sur les emplois précaires en agriculture (sept. 2019). Originaires d’Amérique du Sud, du Maroc, de Tunisie, de Pologne ou de Roumanie, ces travailleurs des champs se divisent en deux catégories principales : les saisonniers ayant un contrat de travail validé par l’Office français d’immigration et d’intégration « OFII » et les travailleurs détachés. D’autres sont aussi employés en direct.

Plus de 8 000 OFII Marocains et Tunisiens

La première catégorie, celles des contrats OFII, regroupe essentiellement des saisonniers originaires du Maroc et de Tunisie. « En 2018, il y avait 8 147 saisonniers OFII sur la France entière dont 6 239 Marocains et 1 293 Tunisiens », affirme le chargé de recherche au CNRS Frédéric Décosse. Ce spécialiste en sociologie des migrations et du travail a consacré sa thèse aux travailleurs OFII marocains, publiée en 2011 avec l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS).

La grande majorité d’entre eux sont des hommes et sont âgés en moyenne d’une quarantaine d’années

« Les principaux départements utilisateurs sont les Bouches-du-Rhône (2 053, soit 25 %), le Vaucluse (1 931, soit 24 %) et la Haute-Corse (1 213, soit 15 %) », indique le chercheur. « On est l’un des départements les plus utilisateurs depuis 20 ou 30 ans », confirme la directrice de la FDSEA des Bouches-du-Rhône Isabelle Giordano. La grande majorité d’entre eux sont des hommes et sont âgés en moyenne d’une quarantaine d’années. Au terme de leur contrat de travail qui dure 4 à 6 mois maximum, les saisonniers ont ensuite obligation de rentrer dans leur pays au risque de ne plus jamais pouvoir revenir sur le sol français. « Cette population, chez nous principalement d’origine marocaine, s’est rajeunie (..) avec un renouvellement assez important au milieu des années 2000 », poursuit la directrice de la FDSEA 13. En effet, l’une des spécificités des contrats OFII est que la plupart des saisonniers reviennent d’une année sur l’autre chez le même employeur s’il est satisfait du travail accompli. « Ce sont les exploitants agricoles qui nomment les personnes qu’ils veulent faire venir », explique Frédéric Décosse.

Des accords bilatéraux nés en 1945

Né en 1945 pour faciliter la reconstruction, le système des contrats OFII repose sur des accords bilatéraux qui facilitent l’entrée de main-d’oeuvre saisonnière dans nombreux pays – y compris de pays européens jusqu’à leur intégration dans l’UE. Concernant le Maroc et la Tunisie, les conventions de main-d’oeuvre signées avec la France datent de 1963, ce qui coïncide avec la fin de la guerre d’Algérie et le retour des Pieds-noirs dans le sud de la France, lesquels ont fortement recours à la maind’oeuvre pas chère sur leurs grands domaines agricoles, précise Frédéric Décosse. Cette histoire particulière avec la main-d’oeuvre nord-africaine explique pourquoi de nombreux saisonniers ont fait une grande partie de leur carrière en France, et comment au fil des ans les relations de travail se sont construites grâce au réseautage. « L’ensemble d’une équipe peut venir d’un même village, peut avoir des liens de parenté ou du moins peut avoir été coopté par une même personne : globalement ce sont les chefs d’équipe », ajoute le chercheur. « Les chefs d’équipe sont d’anciens saisonniers qui ont obtenu une carte de séjour permanente et qui, avec la confiance du patron, ont ce rôle de recruteur au Maroc et en Tunisie. »

Un travail « désaisonnalisé »

Quant aux missions réalisées, elles sont diverses et variées selon la directrice de la FDSEA 13. « Ceux qui viennent pendant l’hiver font les récoltes de fruits, après ils ont la taille. Ceux qui viennent l’été font la mise en culture et puis les récoltes. » Car contrairement à ce que l’on pourrait penser, les saisonniers marocains et tunisiens ne viennent donc pas seulement renforcer les rangs au pic de production. En réalité, le travail saisonnier s’est « désaisonnalisé », analyse Frédéric Décosse dans une autre étude (‘Wanted but not welcome’, 2017). C’est-à-dire qu’ils peuvent réaliser des travaux à tout moment de l’année. Ainsi les gros arboriculteurs, véritables « moteurs dans l’emploi de main-d’oeuvre étrangère OFII », selon Frédéric Décosse, disposent d’effectifs pratiquement en permanence sur leur exploitation.

La plupart des saisonniers sont originaires du milieu rural

Quelles sont leurs compétences ? Selon Isabelle Giordanno, ces personnes ont déjà une expérience agricole et « sont compétentes » avant d’arriver en France. Mais le chercheur en sociologie préfère nuancer. « La plupart des saisonniers sont originaires du milieu rural et de familles de petits agriculteurs et beaucoup pratiquent une agriculture de montagne », explique-t-il. Une agriculture « relativement extensive et donc très peu comparable aux cultures intensives auxquelles ils sont affectés en France même s’il y a évidemment des éléments transférables d’un type d’agriculture à l’autre, notamment l’endurance et l’habitude du travail pénible. C’est, je crois, la principale qualification requise pour être recruté. » De plus, il assure que cette proximité avec l’agriculture s’est « distendue » avec le temps, car « un certain nombre de saisonniers recrutés aujourd’hui vivent dans les villes moyennes et exercent d’autres métiers ».

Boom des détachés agricoles en 2010

La deuxième catégorie est celle des travailleurs détachés. Il s’agit des travailleurs mis à disposition par une entreprise basée dans l’Union européenne qui offrent une prestation de service en France. Dans le secteur agricole, les entreprises qui détachent leurs salariés sont surtout des entreprises de travail temporaire (ETT) – ou boîtes d’intérim. Bien que le nombre de détachés soit difficile à connaître précisément car les entreprises-mères ne les déclarent pas toujours, ils sont de plus en plus nombreux. « Ça a commencé à se développer au milieu des années 2000, c’était assez faible au début. Mais là, depuis le début des années 2010 c’est de plus en plus important », assure la directrice de la FDSEA13 Isabelle Giordano. D’après les données glanées par Frédéric Décosse, la région Paca comptait 17 000 salariés détachés dans l’agriculture en 2018, soit un peu moins que le secteur du BTP (18 500) mais un peu plus que l’industrie (15 500). « On compte plus de 9 000 salariés agricoles détachés dans les Bouches-du-Rhône en 2018, et 6 000 dans le Vaucluse », précise-t-il. Cet essor s’explique tout d’abord par le caractère informel et flexible du recours à cette force de travail. « Sur le terrain, on a le numéro de téléphone du responsable local de l’entreprise de travail temporaire […] qui passe de ferme en ferme », explique Frédéric Décosse. « Le coût [pour l’agriculteur] est supérieur mais d’un autre côté vous vous affranchissez du recrutement, de la gestion de la paye des salaires et des contrats de travail », ajoute le président du groupe Rougeline Bruno Vila. « Il y a des producteurs que ça soulage de pouvoir appeler une boîte d’intérim et de dire : voilà, j’ai besoin de 50 personnes à telle date, envoyez-les moi. » C’est ainsi que le détachement s’est étendu progressivement jusqu’en 2009-2010, explique Frédéric Décosse. Jusqu’à la loi Hortefeux de 2007 qui, en réduisant la durée maximum des contrats OFII de 8 à 6 mois suite à de nombreux abus, a changé la donne. « À partir de ce moment-là, le détachement prend un caractère plus systématique et est utilisé en complément ou en concurrence du système des contrats saisonniers OFII. »

Surtout des Equatoriens et des Boliviens

Si de nombreuses nationalités se côtoient dans le travail détaché en général (Portugal, Italie, Roumanie, Espagne et Maroc notamment en région PACA), les ETT qui envoient des contingents de bras dans les exploitations du sud de la France sont « principalement espagnoles », observe Isabelle Giordano. Mais les salariés qu’elles détachent sont surtout originaires d’Amérique du sud. « Le gros de la force de travail détachée aujourd’hui par les entreprises espagnoles, ce sont les Équatoriens et les Boliviens », affirme Frédéric Décosse. Ces saisonniers détachés ont généralement entre 30 et 50 ans et parmi eux, « on trouve plus de femmes que chez les saisonniers OFII » bien qu’elles soient loin d’être majoritaires, poursuit-il. Toute l’organisation est prise en charge par l’ETT : transport, logement, placement sur les fermes. Certains travaillent en France durant deux ou trois mois tandis que d’autres enchaînent les missions.

La plupart d’entre eux sont arrivés en Espagne à la fin des années 90

« C’est la main-d’oeuvre qui est disponible dans les champs en Espagne, dans le Levant espagnol c’est-à-dire la région de Valence et de Murcie, qui historiquement concentre beaucoup de main-d’oeuvre latino-américaine », explique Frédéric Décosse. « La plupart d’entre eux sont arrivés en Espagne à la fin des années 90 ou au début des années 2000 », poursuit-il. « Chassés » du poste qu’ils occupaient dans le bâtiment ou encore l’hôtellerie-restauration lors de la crise économique espagnole de 2008, ils ont trouvé refuge dans l’agriculture.

 

Les ‘directos’

Parmi eux, certains se sont installés grâce au travail détaché après avoir obtenu la nationalité espagnole par mariage ou ancienneté migratoire. En effet les ressortissants ibéro-américains peuvent prétendre à la nationalité espagnole après deux ans de résidence. Grâce à leur expérience de détaché agricole et aux relations qu’ils ont nouées, ils sont embauchés en direct par les agriculteurs français. Ce sont les « directos », dit Frédéric Décosse. Parmi ces naturalisés figurent deux groupes : ceux qui résident toujours dans la péninsule ibérique et font la navette entre l’Espagne et la France au rythme des contrats de travail, et ceux qui ont fini par s’établir en France. Ainsi, la majeure partie de ces travailleurs embauchés directement par les exploitants ont déjà un savoir-faire agricole. « Ce sont des gens qui s’adaptent vite, la plupart connaissent le travail et certains ont déjà conduit un tracteur », assure Bruno Vila, qui en emploie une trentaine sur ses 40 ha de serres et 100 ha de verger dans les Pyrénées Orientales. Combien de saisonniers étrangers sont embauchés localement en France chaque année ? Difficile de répondre à cette question, selon Frédéric Décosse. Toujours est-il qu’au-delà des Sud-Américains nationalisés espagnols, d’autres ressortissants sont également embauchés directement sur le sol français en tant que main-d’oeuvre locale. Il s’agit d’européens ou extra-communautaires ayant obtenu un titre de séjour. Ainsi dans les Bouches-du-Rhône, le groupement d’employeurs Réagir (FDSEA13, APEA13) qui compte 400 agriculteurs adhérents a facilité le recrutement de 1540 saisonniers domiciliés en France en 2018, selon Isabelle Giordano. « 33 % sont Français, 27 % sont Espagnols (dont beaucoup d’Équatoriens et de Marocains naturalisés) et 17 % sont Marocains », indique-t-elle. « On a aussi 7 % de Roumains. Il y en a de plus en plus : on était à 2 % en 2016 et 4 % en 2017, sachant que même parmi les Espagnols il y a pas mal de personnes d’origine roumaine. »

Précaires et non-désirés

Voici donc un premier aperçu de cette main-d’oeuvre étrangère saisonnière « indispensable » à l’agriculture française, selon bien des producteurs. Une première approche qui laisse entrevoir les nombreux problèmes et la situation de précarité auxquels ces hommes, pour la plupart, sont confrontés. Marché noir des droits à travailler en France pour les travailleurs OFII, avec des contrats qui se vendent « à près de 10 000 euros », selon Frédéric Décosse, doublé d’un remboursement « illégal » de la taxe OFII à leur employeur. Sous-déclaration des heures travaillées à la Sécurité sociale espagnole des ETT pour abaisser le coût du travail, avec des impacts importants sur les prestations sociales actuelles et futures des travailleurs détachés. Sans compter le regard négatif des habitants vis-à-vis des travailleurs de passage arrivés en nombre. Bien que du côté de Beaucaire, dans le Gard, il semblerait que les détachés et ‘directos’aient réussi à créer un tissu de vie sociale avec des tournois des volley qui attirent toute la communauté latino-américaine de la région.

Laurene Mainguy

 

Crédit photo : Agustina Desalvo 2016

Frédéric Décosse

Axe 2 - Évolutions des inégalités : parcours, marchés, migrations Chargé de Recherche - Centre National de la Recherche Scientifique
Sociologie Voir la page de Frédéric Décosse