Camille Signoretto dans le numéro 74-4 de Relations industrielles/Industrial Relations

Camille Signoretto, économiste AMU au LEST, signe « Qualité du travail et de l’emploi et nature de la mobilité professionnelle : quels liens en France entre 2006 et 2010 à partir de l’enquête Santé et itinéraire professionnel ? » dans le numéro 74-4 de Relations industrielles/Industrial Relations d'automne 2019.

Article Mardi 01 octobre 2019

Auteur

Dans Relations industrielles / Industrial Relations
Édition Université de Laval

Résumé

À partir de l’enquête Santé et itinéraire professionnel (SIP) retraçant la trajectoire de salariés français entre 2006 et 2010, cet article étudie les liens entre la qualité des conditions de travail et d’emploi, et la forme prise par la mobilité professionnelle : volontaire, subie ou négociée. D’un côté, les enquêtes sur les conditions de travail en France montrent que l’intensité du travail demeure à un niveau élevé, le travail répétitif augmente et l’autonomie des salariés diminue; et, de l’autre, les succès de la rupture conventionnelle — modalité de rupture négociée du contrat à durée indéterminée, introduite en 2008 —, et des plans de départs volontaires dans des entreprises en difficultés économiques, interrogent dans un contexte économique peu favorable ces dernières années. L’un des facteurs pouvant conduire un salarié à décider ou accepter de quitter son emploi peut alors renvoyer à la manière dont s’est déroulée cette relation d’emploi, et, en premier lieu, au niveau de qualité de ses conditions de travail.

Pour tester cette hypothèse, l’article propose, à l’aide de modélisations logistiques multinomiales, d’estimer les corrélations statistiques entre plusieurs indicateurs de conditions de travail et caractéristiques de l’emploi, et cinq types de mobilité (fin de contrat, licenciement, démission, rupture conventionnelle, autres).

Les résultats montrent une corrélation positive entre des conditions de travail difficiles et des départs négociés via la rupture conventionnelle, ainsi que subis via des licenciements et fins de contrat. Par ailleurs, de faibles salaires ou un temps partiel sont des caractéristiques de l’emploi reliées positivement avec les mobilités volontaires. Cela mène à trois conclusions : 1- la rupture conventionnelle constituerait une voie supplémentaire de sortie pour des salariés mécontents de leurs conditions de travail; 2- des conditions d’emplois peu favorables inciteraient les salariés à démissionner; et enfin, 3- certaines entreprises pratiqueraient des modes de gestion de la main-d’oeuvre peu soucieuses de la fidélisation des salariés, associant précarité du travail et précarité de l’emploi via les mobilités et non seulement le type d’emploi.

DOI : 10.7202/1066829ar

  • Article dans une revue
    Camille Signoretto. Qualité du travail et de l’emploi et nature de la mobilité professionnelle : quels liens en France entre 2006 et 2010 à partir de l’enquête Santé et itinéraire professionnel ?. Relations Industrielles / Industrial Relations, Département des relations industrielles de l'Université Laval (Québec, Canada), 2019, 74 (4), pp.643-673. ⟨10.7202/1066829ar⟩
    1 décembre 2019 - [halshs-02428910]