« Là c’est quasiment le cours magistral, on ne les voit pas, on parle, on parle »

Axe 2 Article Mardi 12 avril 2022

Auteur

Édition OpenEdition Journals

Entretien avec Mustapha El Miri, sociologue au LEST, par Paul Bouffartigue :

« Là c’est quasiment le cours magistral, on ne les voit pas, on parle, on parle ». Crise sanitaire et enseignement en ligne. La nouvelle revue du travail 20 - L'autre travail éducatif, 2022 .

Ce texte restitue pour l’essentiel un entretien de Paul Bouffartigue avec Mustapha El Miri, enseignant-chercheur en sociologie. Il a été réalisé en février 2021, dans un moment où les enseignements ont lieu de nouveau « en hybride », après trois séquences : celle du basculement de l’ensemble des cours en ligne au printemps 2020 avec le premier confinement, puis une période de cours en « hybride » à l’automne 2020, suivie d’une reprise en « présentiel ». L’interview a été transcrite, puis relu et complétée par Mustapha El Miri. Elle traite de l’expérience personnelle et collective de l’enseignement en ligne, de ses implications pédagogiques, puis s’élargit à ses implications en termes d’individualisation du milieu professionnel et de difficultés radicales de mobilisation collective face aux effets de la politique de l’enseignement supérieur et de la recherche. Selon lui, c’est dans le contexte des transformations d’ensemble de l’université et de ses publics qu’il convient de réfléchir sur l’expérience à grande échelle de l’enseignement en ligne associée à la crise sanitaire du Covid-19, et à ses implications prévisibles.

Mots-clés : crise sanitaire, enseignement supérieur, université, télé-enseignement, métier d’enseignant-chercheur, individualisation des carrières, mise en concurrence

 

DOI : 10.4000/nrt.11993

Article